Promemoria

Lake Tales

2015
  • Nous aimons à penser que Romeo Sozzi contemple « son lac » chaque matin, avant de commencer sa journée, comme si c’était un baromètre qui varie au gré de ses humeurs, une palette de couleurs en mouvement qui distille ses reflets changeants. Un regard à la dérobée, une nuance saisie à la volée, la ligne d’un timide reflet. La collection «Lake tales» concrétise ces impressions subtiles dans l’harmonie des matériaux, avec autant de velours chatoyants que de patines métalliques raffinées.

  • Un lac unique, mais des inspirations multiples

    Evidemment, tout le monde ne saura pas en apprécier la beauté. Et le lac n’en sera alors que plus attrayant. Son paysage ne touchera au cœur que les privilégiés qui, par goût inné ou par aléa, ne se satisferont pas d’un simple coup d’œil, mais sauront s’en imprégner profondément. Le lac est musicalité. Il est parfois évanescent comme un son. inconstant et mystérieux. Il inspire infailliblement les artistes. Tour à tour, discret et serein. Bouleversé par les orages soudains. Entraperçu au détour des ruelles d’un bourg, entre des branchages ou au bout d’une allée d’arbres. Aveuglant dans le contre-jour qui le fait paraître une toile abstraite. Statique en hiver. Paisible dans les brumes matinales. Couleur d’acier, lorsqu’il se couronne de sombres nuages. Il varie selon les points de vue, qu’on soit sur la rive, en hauteur ou encore au sommet des montagnes proches.

  • Le sillage écumeux d’un bateau, les ondulations ourlées de blanc qui viennent rider la surface de l’eau, lorsque le vent souffle : voilà autant d’images entêtantes de textures qu’on a envie de restituer par le dessin. Et puis, il y a les couleurs : toute la gamme des bleus et des gris de l'eau ; le vert des mûriers, des oliviers et des espaliers de laurier ou plus haut, celui des marronniers ; il y a le jaune des iris et aussi le ton discret des roseaux ondulants, des quenouilles roussâtres et des joncs en automne.  Les grèbes, les cygnes et les foulques, ponctuent le paysage de petites taches. Ainsi que les oiseaux migrateurs qui font halte ici. Alors des références littéraires et les noms d’auteurs célèbres tels Manzoni ou Fogazzaro nous viennent à l’esprit.  On ne peut oublier non plus les écrivains nordiques qui ont découvert ici leur premier coin de Méditerranée. Ni le regard du peintre Segantini ni la vision romantique de Friedrich et Caroline Lose. Ce couple du début du XIXe siècle, lui dessinateur et elle coloriste et graveur, avait élu le cadre des lacs pour raconter leur idylle de la Brianza.

  • De nombreux produits Promemoria font partie de cette collection, tels la tête de lit Balbianello qui s’inspire d’une célèbre villa des bords du lac de Côme ou le fauteuil Gertrude qui s’inspire du célèbre personnage de la religieuse dans l’oeuvre de Manzoni, Les Fiancés. On peut citer aussi Oleandra, buffet qui s’inspire de la flore et de la faune lacustres pour mieux devenir objet de culte. Ou bien Fosca, lampe-sculpture dont l’abat-jour de soie masque le sommet, à l’image des nuages matinaux qui couvrent les sommets des montagnes sur les bords du lac. Mais la vraie vedette de la collection « Lake Tales », c’est Panama, la chaise de salle à manger avec son ornementation en tressage de corde, réminiscence du mode de vie des pécheurs du Lac de Côme.

Cookies help us in providing our services. By using our services you agree that we set cookies. Lire plus. We have also updated our Privacy Policy to reflect changes in data protection law.